Voilà trois produits typiques et typés, qui n’ont a priori rien à voir les uns avec les autres. Il est pourtant permis de penser que le goût peut créer des passerelles par-dessus la géographie et l’histoire. Ca ne prouvera rien d’autre qu’une bonne surprise et un joli moment, dont on parlera aux amis – les vrais. 

Whiskey Green Spot (Mitchell & Sons, Dublin, 40%, 70 cl) : une belle initiation à la complexité des whiskeys irlandais, en direct d’une distillerie historique en plein cœur de Dublin. La triple distillation classique est censée compenser une eau moins minérale qu’en Ecosse (où on ne distille que deux fois), mais libère une palette aromatique très large, et une sensation vraiment très « smooth » presque crémeuse. Pas de tourbe, peu de malt, et un léger finish en fût de sherry, caractérisent cet assemblage d’alcools de 7 à 10 ans au bel équilibre. 
Pour l’évaluer, dégustez-le pur, sans glace, dans un verre adapté ou à défaut un verre à vin. Laissez-vous surprendre par le mélange de fraîcheur et d’épices, de notes grillées et de pomme verte. Vous libérerez encore davantage les arômes en rajoutant au préalable un peu d’eau minérale, qui viendra toutefois diluer la rondeur et l’onctuosité en bouche. Rien ne vous interdit de procéder en deux étapes.     

Bière Night Cat (Brasserie du Cateau, le Cateau Cambrésis, Hauts-de-France, 11%, 75 cl) : dans la classification des bières (on vous renvoie à notre article de novembre) c’est un Imperial Porter, ou une « stout » en anglais, comme la Guinness. Brassée de nuit, reposée en fûts de whisky, noire aux reflets rouges, ce n’est pas une bière classique.
En bouche, les notes torréfiées dominent (café, chocolat, réglisse) équilibrées par une pointe acide de fruits rouges et la longueur du whisky. Certains l’aiment avec une viande rouge grillée (on les croit) d’autres avec des gaufres à la vanille (on les croit aussi).

Tome fumée de Sartène (Mallaroni) : C’est l’occasion de vous présenter la fromagerie Mallaroni, en-dessous de Sartène, dans la vallée de l’Ortolo, qui regroupe plus de 400 brebis de race corse. Des passionnés, des sérieux, des rigoureux surtout. Brocciu bien sûr, brocciu passu aussi, et cette tome délicatement fumée à la myrte, qui existe aussi en version poivrée.
Vous aimerez la rencontre du crémeux et du fumé, la sensation de plénitude et pourtant de légèreté. On l’a récemment goûtée entière rôtie à la cheminée (avec de la vuletta et du pain-gâteau), ou coupée en deux grillée à la poêle. Les usages sont multiples, et certains ne peuvent plus s’en passer…

Ce site utilise des cookies pour gérer votre panier, pour gérer votre compte client, pour le suivi de son audience.